Rechercher
  • Ginette Forget

C’est le temps d’un « RESET »

Voilà maintenant 2 semaines que je suis rentrée de France. 

Une tournée de 7 semaines, six rencontres l’Art de la Présence de 2-3 jours, chacune dans différents endroits. Je me suis déplacée une à deux fois par semaine, j’ai rencontré des personnes toutes aussi touchantes les unes que les autres. J’ai découvert de nouveaux lieux, de nouvelles régions tout en faisant ce que j’avais à faire.


Au retour en avion, assise près du hublot, je regardais le ciel.  J’étais là et cette évidence d’UNITÉ m’apparaissait, dans une conscience encore renouvelé. Je me suis amusée à voir les images des personnes, des lieux que je semblais quitté, de ceux que j’allais retrouver au Québec. Et de « ÇA » immuable en TOUT cela.


En fait, il y a des changements de décors : vu d’en haut (avion), vu d’en bas (terre), les événements, les personnes, les lieux, l’environnement, les pays, les couleurs, les odeurs… tout cela change. Mais « ÇA » ne change pas. Le corps se déplace d’un lieu à un autre, il vit des expériences. « ÇA » reste là, tranquille, Immuable. TOUT peut bouger, mais ÇA ne bouge pas.


Quelques jours plus tard, un matin, je suis allée visiter Isabelle, Germaine et Claude. J’étais dans la Joie de retrouver ces personnes que j’aime. Nous étions calmes, heureux et tout à coup une douleur à la poitrine, un corps qui se lève, la tête qui tourne, une table, une chaise et plus rien… un rêve, la Paix. Puis, Isabelle m’appelle, j’ouvre les yeux, je souris. Je me demande pourquoi elle me sort de ce si beau rêve! Et là, je vois que je suis chez Germaine et Claude, ils sont là… je réalise que ces derniers instants je les ai passé ailleurs et pourtant j’étais toujours là!


J’avoue que l’espace d’un instant, j’étais en état de choc… quelque chose m’avait échappé. Je ne comprenais pas ce qui venait de se passer. Je savais que j’étais fatiguée de tous ces voyages et multiples déplacements, mais je ne savais pas que mon corps était épuisé à ce point. J’étais désolée de cette situation, mes amis ont eu peur, moi aussi. J’étais mal à l’aise et pourtant…


Je me suis posée, j’ai respiré et j’ai ressenti une grande vague de compassion pour ce corps. Avec Isabelle, nous sommes allées à l’hôpital, je sentais que c’était juste ainsi. Il y avait encore une douleur, moins forte, mais là. Les portes ce sont ouvertes devant nous, dix minutes plus tard, nous étions dans une chambre à l’urgence. Il n’y avait aucune histoire… une grande paix m’habitait. C’était même drôle de voir cette situation. Cela faisait 36 ans que je n’avais pas mis les pieds dans un hôpital pour moi-même. Moi qui, dans ma période militante, étais si pleine de préjugés envers tout ce système. Là, j’y étais libre de tout, reconnaissante. L’expérience s’est vécue dans la tranquillité, j’y ai rencontré des personnes bienveillantes. En soirée je suis rentrée à la maison.


Il y a quelques semaines, j’ai publié une vidéo sur Youtube « Le corps fait sa vie de corps, c’est TOUT! » et là je le vivais… libre de toutes histoires.


C’est le temps d’un « RESET ». D’ÊTRE là, dans l’instant, libre de TOUT. Ici et Maintenant, nulle part ailleurs! Dans ce lieu non-séparé, UN - TOUT INCLUS. 


C’est le temps d’un « RESET »



36 vues

© 2018 Ginette Forget, Artiste de la Présence

Créé avec Amour par